Toute l’actualité sur Développement durable

Toronto fait le choix du bois : explications

par Isabella O'Malley (Climate change reporter)

Avec les nuances infinies de béton gris, de routes et d’immeubles, le centre-ville de Toronto deviendra bientôt un peu plus vert. L’Université de Toronto adhère à la tendance mondiale consistant à utiliser du bois pour la construction de bâtiments et de tours. Elle a récemment annoncé la construction d’une tour hybride de 14 étages en bois et en béton sur le campus du centre-ville, près de Bloor Street. La construction devrait commencer en 2019 et se terminer dès 2022.

Conçu par Patkau Architects et MJMA, la tour devait à l’origine être construite en acier, mais après avoir recherché d’autres options, le bois est devenu un choix judicieux. Les incitations gouvernementales pour la construction en bois, le financement des universités et le soutien philanthropique contribuent tous à la faisabilité de ce projet. « Plus nous examinions la question, plus nous étions enthousiasmés par les possibilités », déclare Gilbert Delgado, chef de la planification, de la conception et de la construction universitaires à l’Université de Toronto.

 

La nature fait partie du patrimoine canadien

Les canoës, les luges, les raquettes et le sirop d’érable ne sont que quelques exemples de ce que l’on peut associer à la foresterie et au Canada. Le commerce du bois d’œuvre dans les débuts de l’histoire du Canada a joué un rôle important dans le développement de l’industrie, de l’économie et du sens de la culture canadienne.

« Nous voulons vraiment capturer ce récit [du patrimoine canadien] », déclare Delgado, « et l’un des avantages d’un bâtiment en bois est que la structure bois peut être exposée et que toutes ces surfaces en bois ont un lien magnifique avec la nature. »

 

Mieux pour l’environnement

Le bois est le gagnant en matière de matériaux pour la construction durable : renouvelable, recyclable, localement abondant, il dégage moins d’émissions de carbone pendant la production que les autres matériaux et stocke le carbone même après avoir été coupé, ce qui ne peut être réintroduit dans l’atmosphère que si le bois se décompose ou brûle. « Selon les calculs, cela permettrait d’économiser 700 000 kg de carbone par rapport à un bâtiment en acier », déclare M. Delgado.

Des technologies vertes, telles que les énergies renouvelables, sont actuellement envisagées pour une incorporation dans le nouveau bâtiment. L’Université de Toronto compte déjà un certain nombre de bâtiments certifiés Or dans le système de certification LEED (Leadership in Energy and Environmental Design). Certaines de ces technologies incluent les forages géothermiques, la collecte des eaux de pluie sur le toit, la ventilation à contrôle de la demande et l’éclairage avec variateur d’intensité.

 

Les bâtiments durables peuvent changer notre comportement

Selon le World Green Building Council, les bâtiments en bois offrent plus qu’une belle apparence : passer du temps dans des bâtiments durables peut améliorer les fonctions cognitives et favoriser un meilleur sommeil grâce à la qualité de l’air et à l’exposition au soleil. Ce bâtiment en bois pourrait même favoriser une augmentation des comportements environnementaux chez ceux qui y passent du temps.

Dans une étude de l’Université de la Colombie-Britannique, les étudiants d’un bâtiment durable recyclaient plus que les étudiants d’un bâtiment ordinaire. « Le comportement de recyclage n’était pas lié aux connaissances, attitudes, intentions ou valeurs des élèves, c’était simplement conscient du fait qu’ils se trouvaient dans un bâtiment extrêmement durable, ce qui semblait avoir des conséquences comportementales importantes », explique le Dr John Robinson, Professeur à la Munk School of Global Affairs et à la School of the Environment de l’Université de Toronto. « C’est assez crucial pour les implications de la conception urbaine et de la conception des bâtiments – la conception de ces éléments peut changer le comportement », explique le Dr Robinson.

 

Extinction des soucis de risque d’incendie

Le concept d’un bâtiment en bois massif peut susciter des inquiétudes quant à la sécurité incendie de certains. « Tous les bâtiments doivent respecter le Code national du bâtiment du Canada et le code du bâtiment de l’Ontario. Aucun bâtiment ne sera construit s’il ne respecte pas le code », explique Robert Wright, doyen de la foresterie à l’Université de Toronto et professeur agrégé au John H. Daniels, faculté d’Architecture, Paysage et Design. « Le bois a la capacité de carboniser à l’extérieur, ce qui ralentit le processus de combustion – ce n’est pas qu’il ne finira pas par brûler – mais il répond à toutes les exigences du code de prévention des incendies pour les matériaux dans les bâtiments. C’est un changement conceptuel pour beaucoup de gens. »

Toronto connaîtra probablement une augmentation des conditions météorologiques extrêmes, telles que des tempêtes de vent, des pluies abondantes et des températures record en raison du changement climatique. Wright explique qu’une tour en bois sera capable de résister à des conditions environnementales de plus en plus dures, ainsi qu’à tout autre bâtiment. « Ils ont été testés contre les problèmes traditionnels d’événements sismiques, d’incendies et ils se comportent aussi bien que tout autre matériau de construction. Ils ont un autre avantage : lorsque vous utilisez du bois, cela peut être la finition du bâtiment à l’intérieur, vous n’avez pas à le recouvrir et cela peut être très beau. »

Bien que la tour en bois ne soit pas réellement verte, ce développement est un exemple de la façon dont Toronto adopte la vie environnementale. L’année dernière, le George Brown College a annoncé un concours international de design visant à créer un bâtiment en bois de 12 étages sur le campus.

 

Crédit photographique :
© All renderings courtesy of MJMA and Patkau Architects
Publié le 16 novembre 2018